Comment mettre l'IA au service de la lutte contre la précarité ?

Entrevue avec Victoria Mandefield, directrice générale de lʼassociation Solinum

Cet article a été en partie rédigé grâce à ChatGPT, puis revu et amélioré par un humain 🤖 🤝 🤓

Solinum est une start-up associative qui met l’innovation et le numérique au service de la lutte contre la précarité. On retrouve parmi ses activités Soliguide.fr, la plateforme en ligne qui référence les lieux et services utiles accessibles aux personnes en situation de précarité.

L’association compte aujourdʼhui 53 salarié·es, comprenant une équipe tech.

Lʼintégration de lʼIntelligence Artificielle (IA) chez Solinum

De par son ADN numérique, Solinum a très vite décidé de s’intéresser à l’IA pour optimiser ses opérations et booster son impact. Voici quelques cas d’usages testés et approuvés par ses différentes équipes :

En cas de recherche de financements

Monter des dossiers de fundraising peut être fastidieux et ChatGPT peut les remplir avec précision. La condition : fournir avec votre demande les infos et documents nécessaires, comme les règlements d’appel à projet !

Pssssst : on vous a trouvé un exemple de prompt qui pourrait vous aider à monter des dossiers aussi, à retrouver dans cet article !

En cas d’optimisation de vos opérations…

Solinum gagne en efficacité en utilisant l’IA pour :

- Faciliter la traduction de documents en catalan et en français, brisant ainsi les barrières linguistiques.

- Soutenir l’équipe tech en interrogeant ChatGPT comme un développeur informatique pour régler de potentiels problèmes de code.

- Chercher de l’inspiration en utilisant l’IA pour identifier et sʼinspirer de projets similaires à travers le monde ou pour rester informé des dernières tendances et innovations.


…ou de certaines fonctions supports !

Pour faciliter le casse tête des recrutements, les équipes sollicitent l’IA pour les aider à créer études de cas pertinentes selon leurs besoins. Un vrai plus pour une équipe de plus de 50 personnes.

Toutes ces missions sont possibles avec deux outils : Bard, ainsi que ChatGPT (avec une licence à 20e/mois).

La volonté d’aller plus loin

Lʼassociation ne compte pas sʼarrêter là pour intégrer l’IA à ses activités. D’autres cas d’usages ont été identifiés par Victoria :

- Pour gérer de la data en grande quantité : le Soliguide renseigne plus de 27 000 lieux et 85 000 services associés, ce qui nécessite une énorme quantité de données (dont au minimum une description et une adresse postale par lieu). L’association réfléchit à l’IA pour collecter, vérifier et mettre à jour ces données.

De façon plus anecdotique, les équipes souhaitent utiliser ChatGPT pour rapidement traiter des données sur des Excel multiples (ex : fusionner deux base de données Excel à travers le champ commun de l’adresse postale).

- Pour améliorer sa relation avec ses bénéficiaires : Un chatbot pourrait aider Solinum à répondre à ses bénéficiaires plus facilement et plus rapidement.

Plus facile à dire qu’à faire

Victoria identifie aujourd'hui deux freins principaux au développement de l’IA pour Solinum :

- Les équipes utilisent l’IA de manière autodidacte. Or, le manque de formation ralentit considérablement la prise en main de l’outil et peut poser des risques en matière de protection de données. Être accompagnés sur ces sujets serait un vrai plus.

- L’argent reste le nerf de la guerre. Or, les investissements pour les associations sont encore trop peu tournés vers la tech - et encore moins pour des projets d’IA. Cela risque de creuser encore plus le décalage technologique entre les entreprises et l’écosystème associatif.

Share it structure en ce sens son programme d’accompagnement à l’IA au service des associations pour sensibiliser et accompagner les organisations à impact. On travaille ensemble ?

Projet LinkedOut
Projet LinkedOut

Comment mettre l'IA au service de la lutte contre la précarité ?

Entrevue avec Victoria Mandefield, directrice générale de lʼassociation Solinum

Cet article a été en partie rédigé grâce à ChatGPT, puis revu et amélioré par un humain 🤖 🤝 🤓

Solinum est une start-up associative qui met l’innovation et le numérique au service de la lutte contre la précarité. On retrouve parmi ses activités Soliguide.fr, la plateforme en ligne qui référence les lieux et services utiles accessibles aux personnes en situation de précarité.

L’association compte aujourdʼhui 53 salarié·es, comprenant une équipe tech.

Lʼintégration de lʼIntelligence Artificielle (IA) chez Solinum

De par son ADN numérique, Solinum a très vite décidé de s’intéresser à l’IA pour optimiser ses opérations et booster son impact. Voici quelques cas d’usages testés et approuvés par ses différentes équipes :

En cas de recherche de financements

Monter des dossiers de fundraising peut être fastidieux et ChatGPT peut les remplir avec précision. La condition : fournir avec votre demande les infos et documents nécessaires, comme les règlements d’appel à projet !

Pssssst : on vous a trouvé un exemple de prompt qui pourrait vous aider à monter des dossiers aussi, à retrouver dans cet article !

En cas d’optimisation de vos opérations…

Solinum gagne en efficacité en utilisant l’IA pour :

- Faciliter la traduction de documents en catalan et en français, brisant ainsi les barrières linguistiques.

- Soutenir l’équipe tech en interrogeant ChatGPT comme un développeur informatique pour régler de potentiels problèmes de code.

- Chercher de l’inspiration en utilisant l’IA pour identifier et sʼinspirer de projets similaires à travers le monde ou pour rester informé des dernières tendances et innovations.


…ou de certaines fonctions supports !

Pour faciliter le casse tête des recrutements, les équipes sollicitent l’IA pour les aider à créer études de cas pertinentes selon leurs besoins. Un vrai plus pour une équipe de plus de 50 personnes.

Toutes ces missions sont possibles avec deux outils : Bard, ainsi que ChatGPT (avec une licence à 20e/mois).

La volonté d’aller plus loin

Lʼassociation ne compte pas sʼarrêter là pour intégrer l’IA à ses activités. D’autres cas d’usages ont été identifiés par Victoria :

- Pour gérer de la data en grande quantité : le Soliguide renseigne plus de 27 000 lieux et 85 000 services associés, ce qui nécessite une énorme quantité de données (dont au minimum une description et une adresse postale par lieu). L’association réfléchit à l’IA pour collecter, vérifier et mettre à jour ces données.

De façon plus anecdotique, les équipes souhaitent utiliser ChatGPT pour rapidement traiter des données sur des Excel multiples (ex : fusionner deux base de données Excel à travers le champ commun de l’adresse postale).

- Pour améliorer sa relation avec ses bénéficiaires : Un chatbot pourrait aider Solinum à répondre à ses bénéficiaires plus facilement et plus rapidement.

Plus facile à dire qu’à faire

Victoria identifie aujourd'hui deux freins principaux au développement de l’IA pour Solinum :

- Les équipes utilisent l’IA de manière autodidacte. Or, le manque de formation ralentit considérablement la prise en main de l’outil et peut poser des risques en matière de protection de données. Être accompagnés sur ces sujets serait un vrai plus.

- L’argent reste le nerf de la guerre. Or, les investissements pour les associations sont encore trop peu tournés vers la tech - et encore moins pour des projets d’IA. Cela risque de creuser encore plus le décalage technologique entre les entreprises et l’écosystème associatif.

Share it structure en ce sens son programme d’accompagnement à l’IA au service des associations pour sensibiliser et accompagner les organisations à impact. On travaille ensemble ?

Nos articles recommandés

Comment mettre l'IA au service de la lutte contre la précarité ?
Bien prompter et autres astuces
Comprendre les Modèles de Langage Large (LLM) pour comprendre l’IA